Jacques Brunel : « Le vent contraire, quelque part, c’est nous même qui le créons »