Christophe Urios : “A mon époque, ça ne chambrait pas trop, ça passait vite à l’action plutôt”

 

Dans l’émission Comme à confesse du Midi Olympique, l’entraîneur de l’UBB, Christophe Urios, s’est confié sur le chambrage dans les stades de rugby : “Ca dépend des équipes, des moments, des périodes, mais ça le fait de plus en plus. La Ligue a d’ailleurs fait une action là-dessus. Avec ce huis-clos cette saison, on a entendu des choses que l’on n’entendait pas quand il y a 15 ou 20000 personnes au stade. Ca branche, ça cherche à faire sortir du match, ça fait partie du système […] A mon époque, ça ne chambrait pas trop, ça passait vite à l’action plutôt“.

 

Il est aussi revenu sur les oreilles en chou-fleur, la marque des rugbymen : “C’est nul, tu es sourd après. Mais c’est comme les lutteurs, c’est notre code à tous. Mais ce n’est pas une fierté, ça fait très mal et après tu as l’air d’un con. Mais après c’est comme ça, c’est la médaille du combattant“.