Laurent Marti : “Je pèse mes mots : si je laisse partir un mec, c’est vraiment parce que j’aurai la conviction que c’est dans l’intérêt du club”

 

Interrogé par Sud-Ouest, le président de l’UBB, Laurent Marti, s’est montré ferme quant à sa volonté d’empêcher un joueur de partir avant la fin de son contrat, si celui-ci ne pouvait être remplacé : « Si j’accepte le transfert d’un joueur, c’est que j’aurai la conviction qu’on peut le remplacer. Mais il est hors de question de tomber dans ce genre de trafic qui commence à être organisé à des fins financières par les agents. Ils font ça pour se créer du business. Ils parlent, les médias parlent. Ils allument le feu et ils voient si le feu prend. Je pèse mes mots : si je laisse partir un mec, c’est vraiment parce que j’aurai la conviction que c’est dans l’intérêt du club ».