Jean-Baptiste Dubié : “On a réussi à chavirer deux fois, les bateaux ont été détruits”

 

Invité de l’émission Poulain Raffute, réalisée par Eurosport avec l’ancien joueur, Raphaël Poulain, notre trois-quarts centre, Jean-Baptiste Dubié, est revenu sur une mémorable sortie pour aller nager avec les requins, lors de la tournée des Barbarians français en Afrique du Sud : “On fait une sortie pour aller se baigner avec des requins. Je n’étais pas chaud, mais comme c’était Clément Poitrenaud qui organisait, je mets mon feu vert comme je bade le mec, j’y vais à bloc, c’était 100% sur. Je monte dans un bateau, le deuxième, le patron du truc était parti en premier donc je me suis dit que ce n’était peut-être pas top stratégiquement, en plus je tombes avec Rémi Bonfils, qui commence d’entrée et qui nous dit que c’est un poissard. J’avais que des grands, des solides, Malik Hamadache, Bonfils, Erbani, Flanquart, des mecs qui savent vraiment bien nager. On a réussi à chavirer deux fois, les bateaux ont été détruits. On avait réellement un stagiaire, il y avait un peu de houle, il fallait passer la barre et il n’y est pas arrivé. C’était une scène de guerre parce qu’il y avait des cailloux, des hélices dans tout les sens. On retourne sur le sable et la fille de l’organisation vient me voir et me dit que tout est ok et que l’on va chercher un autre bateau et on refait le même circuit. Je préviens Erbani que si ça chavire, je saute du bateau. Et on a fait exactement pareil, le bateau à chaviré. J’ai sauté par-dessus Antoine, il a voulu sauter, il s’est claqué l’ischio, la Flanque et ses 2m048 est resté bloqué sur le bateau. Une scène de guerre avec les hélices qui tapaient. Ca partait sur la pierre et tout. On s’est dit que c’était une blague. Malik Hamadache, le gilet de sauvetage évidemment ne lui allait pas. J’essayais de sauver les mecs, il y avait des pêcheurs sur le côté, qui venaient nous sauver parce qu’il y avait vraiment des vagues. Va mettre un parisien dans l’eau avec des vagues. C’est compliqué. A tout moment tu te fais manger les orteils par un poisson, un requin. Au final, je n’ai pas vu la queue, ni l’aileron d’un requin du séjour, par contre on a tué deux bateaux et on a fait une photo souvenir qui était génial, qu’on avait envoyé à Clément Poitrenaud pour lui dire merci“.