Emmanuel Eschalier : “Le variant Omicron change la donne compte tenu de la vitesse et de la dynamique de sa propagation et du fait qu’il arrive à toucher des personnes vaccinées”

 

Interrogé par Sud-Ouest, le directeur-général de la LNR, Emmanuel Eschalier, s’est confié sur la différence entre la situation actuelle et celle vécue lors de la saison dernière : « À ce moment du championnat, l’an dernier, il y avait eu beaucoup plus de reports qu’il n’y en a eu jusqu’à présent (48 au total sur l’ensemble de la saison en comptant ceux de Pro D2, ndlr). Là, ce sont les premiers reports de la saison donc on ne peut pas considérer que la situation est pire que l’an dernier. Il n’y avait pas de vaccin non plus. Donc pas de solution pour se protéger autant que possible contre le Covid […] Ce sont pour l’instant des constatations à chaud mais on voit bien que lorsque le virus est dans un groupe, il se propage à une vitesse très importante. Mais ce que les clubs ont vécu, c’est ce qui se passe dans le pays en général. Le variant Omicron change la donne compte tenu de la vitesse et de la dynamique de sa propagation et du fait qu’il arrive à toucher des personnes vaccinées ».