Laurent Marti : “Le drame pour nous sur le plan financier, au-delà de la billetterie, c’est quand on nous empêche de faire des réceptifs pour les partenaires”

 

Interrogé par Sud-Ouest, le président de l’UBB, Laurent Marti, s’est confié sur le retour des jauges dans les stades : “Depuis deux semaines, on le craignait fort en effet avec des chiffres qui ne cessaient de progresser dans le mauvais sens“. Il a précisé que les pertes les plus importantes seraient du côté du partenariat et de l’hospitalité : “C’est là que c’est le plus important. C’est de l’ordre de 55 %. Le drame pour nous sur le plan financier, au-delà de la billetterie, c’est quand on nous empêche de faire des réceptifs pour les partenaires. Les recettes tombent très vite. La chance pour l’UBB aujourd’hui, c’est de pouvoir faire le match de Biarritz dimanche dans des conditions normales. Comme nous l’avons fait contre Leicester, les gens seront servis assis. Ensuite, durant les trois semaines suivantes, nous n’aurons que la réception des Scarlets à Chaban-Delmas si la Coupe d’Europe se joue encore“.