Serin : “Il m’arrive de passer l’après-midi avec les anciens de Parentis à regarder un match”

parentis-rugby
© Le Républicain Marmande et Langon

 

Notre demi de mêlée international Baptiste Serin, présente un fort attachement à son village et son club d’origine de Parentis-en-Born. Dans un entretien qu’il a accordé au magazine mensuel du Midi Olympique, il revient sur ses origines et son attachement pour le stade Beillique : « Ce stade évoque pour moi mes premiers pas rugbystiques. Mes premiers moments de plaisir. Beaucoup de souvenirs restent gravés, et surtout quand l’équipe première jouait, je venais le dimanche la supporter. Il m’arrive de revenir encore, chaque fois je ressens une émotion. Quand je suis parti de Parentis, je n’imaginais pas devenir international, j’ai dit à mes  copains : ‘je vais essayer à Bordeaux et, si ça ne va pas je reviendrai, l’année prochaine’. Finalement le destin m’a souri, il y a eu une part de chance, de réussite, et énormément de travail sans lequel je n’y serais pas arrivé. Revenir avec un statut d’international c’est d’autant plus une fierté que c’est ici que j’ai appris le rugby. Je ne sais pas si ma nouvelle position a changé le regard des gens sur moi mais je fais tout pour qu’à Parentis le regard des gens ne change pas. Ils me connaissent et ils savent que je reste celui qu’ils ont connu. Il m’arrive de passer l’après-midi avec les anciens de Parentis à regarder un match et de rester après, pour discuter avec mes amis joueurs. Il n’y a pas longtemps que je suis parti mais entrer dans le vestiaire me procure toujours une sensation particulière. Je l’ai fréquenté durant 10 ans d’école de rugby, ça n’a pas la même saveur que pour les joueurs de l’équipe première mais c’était pour nous tout aussi important ».