Miralles revient sur les débuts de l’UBB

Fonfon Miralles

 

Cette année l’UBB fête ses 10 ans. Interrogé par Le Républicain, Alphonse Miralles, mémoire vivante du club, revient sur les débuts du club et la fusion entre le CABBG et le Stade Bordelais : “Les soucis de gestion du CABBG, nés au début des années 2000, avaient précipité le club en Fédérale 1 […] La hiérarchie s’inverse donc et les Stadistes sont au sommet du rugby régional. Durant deux saisons, leurs résultats sont excellents mais le groupe Eiffage, principal bailleur de fonds du club, commence à parler de fusion souhaitable, sinon incontournable, pour que l’existence du rugby professionnel sur Bordeaux puisse être viable. Une Union, mais c’est vidéo gag lorsque l’on connaît les antagonismes […] La rivalité est ancestrale mais la réalité économique inéluctable. Je comprends que certains Sbucistes aient pu voir cela comme étant une manœuvre béglaise pour sauver la face. Je crois sincèrement qu’il n’en était rien. Lorsque les bans sont publiés, c’est une guéguerre terrible qui va durer plusieurs semaines. Certains se sont sentis trahis et les deux premières années seront compliquées de ce point de vue […] cette guéguerre va durer jusqu’au jour où le grand public va comprendre que cette équipe peut monter dans la hiérarchie, qu’elle a un avenir avec les grands du rugby hexagonal. Le club va en effet très vite changer de dimension avec Laurent Marti et personne ne peut nier l’évidence […] Dix ans après, une très petite minorité de supporters n’a toujours pas remis les pieds au stade pour venir voir jouer le groupe professionnel. Il y a des rancunes tenaces ».