Jefferson Poirot : “Cela s’est senti qu’on n’était pas autant à l’heure que les autres”

 

Vu le banc qu’alignait l’UBB, composé de Jefferson Poirot, Clément Maynadier, Loann Goujon, Baptiste Serin et un international Fidjien, Peni Ravai, on pouvait espérer voir une différence en fin de match. Ce n’a pas été le cas. Interrogé sur la question au micro d’ARL, Jefferson Poirot est revenu sur la question : « Il y a la marée bleue qui déferle, oui, mais surtout nous à Bordeaux où la force du banc – contrairement à la semaine dernière – a été plus négative que positive. On est assez déçus parce qu’on était bien dans le match avec une bonne première mi-temps, des joueurs qui se sont fait mal, et derrière sur le banc, nous, on ne finit pas le boulot. C’est décevant […] Les explications que l’on peut trouver c’est que sur le banc, on est quatre internationaux français et un international fidjien. On a repris il y a six semaines. On est peut-être un peu moins en bourre que les autres. On sort juste de la préparation physique et je pense que sur les impacts, cela s’est senti qu’on n’était pas autant à l’heure que les autres ».