Jean-Baptiste Elissalde : “Montpellier ? À ce stade, je n’ai pas vraiment identifié de failles dans la cuirasse”

 

Aujourd’hui consultant pour l’Equipe, Jean-Baptiste Elissalde, décrypte le jeu de Montpellier, le futur adversaire de l’UBB. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il n’y voit pas beaucoup de failles : “Montpellier, c’est aussi une grosse défense, la meilleure du Championnat. Ils sont extrêmement solides dans les rucks, font la guerre sur chaque ballon, en grattent beaucoup (7,3 ballons récupérés par match, 2e du Top 14) ou les ralentissent. Les adversaires ne prennent pas de vitesse et entrent dans un jeu de collision qu’ils perdent forcément face à cette équipe de colosses. Picamoles gratte, Camara gratte, Bismarck Du Plessis gratte… Ils aiment ça et tout le monde s’y met. En plus, ils restent très disciplinés (9,8 pénalités concédées, 3e du Top 14). Ils s’appuient aussi sur un axe 9-10-12 (Pienaar, Cruden, Steyn) de champions du monde, des mecs qui font la différence et sont capables de gérer les flux de vitesse, le tempo d’un match. Enfin, dernier point qui me frappe, c’est leur capacité à marquer dès qu’ils s’approchent des lignes. Ils envoient leurs lourds trois-quarts taper dans un jeu à une passe (Steyn, Tomane, Nagusa ou Nadolo), ils t’oppressent et finissent par trouver la faille, comme sur l’essai de Tomane contre Toulon. À ce stade, je n’ai pas vraiment identifié de failles dans la cuirasse. Le jeu au pied dans le dos des ailiers, peut-être, Toulon l’a un peu testé. La clé, c’est d’opposer de la vitesse à leur puissance et, à part Agen sur quelques séquences, je n’ai pas vu d’équipes les mettre réellement en difficulté. Je pense qu’ils sont partis pour être leaders incontestés du Championnat et que nous assistons seulement au début de leur emprise ».

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.