Baptiste Germain : « Accélérer le jeu n’était pas très facile, car les Écossais mettaient les mains partout dans les rucks »