Broncan : “Les Français ou les étrangers…c’est un faux problème”

 

Dans le cadre d’une enquête sur le nombre important de joueurs étrangers jouant dans le championnat espoirs français (plus de 60), le Midi Olympique a interrogé Pierre-Henry Broncan le responsable du recrutement de l’UBB. En effet avec 11 joueurs étrangers (Navrozashvili, Neparidze, Wrampling, Katoa, Natoli, Chalmers, Aumua, Reihanna, Reece, Saulekaleka, Stohr) au sein de son effectif espoir, notre club est celui qui en compte le plus.

Pour lui cela ne “correspond pas à une politique à long terme de la part du club” mais peut être facilement expliqué par le fait qu’il soit “arrivé assez tard au club” l’année passée et que “la plupart des jeunes français susceptibles de nous intéresser étaient déjà contactés et engagés par d’autres clubs” et comme l’équipe espoir montait d’un niveau “il fallait la renforcer très vite pour qu’elle tienne la route“. Il ajoute que “la saison prochaine, il y aura plus de jeunes Français qui viendront nous rejoindre“.

Cependant il ajoute que pour lui “le débat sur les JIFF ou les non-JIFF, les Français ou les étrangers… c’est un faux problème“. “Tout vient de l’éducation sportive que nos jeunes reçoivent. Les élèves français n’ont que 3 heures de sport par semaine au collège. Au lycée c’est pire, il n’en ont que 2. Dans les pays anglo-saxons, ils font du sport tout les jours à l’école, au moins 1h30. Et en Nouvelle-Zélande, le rugby est le sport majeur, tous les jeunes le pratiquent….Ils ont donc un bagage rugbystique supérieur“.