Christophe Urios : “Les consignes politiques vont quand même dans le bon sens pour protéger la santé des joueurs sans dénaturer notre sport”

 

Interrogé lors d’un face à face avec les lecteurs de Sud-Ouest, notre manager, Christophe Urios, a livré son avis sur les mesures mises en place pour lutter contre la dangerosité du rugby : “C’est vrai que parfois ça fait un peu flippé quand même […] Ca fait partie de l’évolution de notre sport. Je pense que les joueurs sont de plus en plus préparés, qu’ils sont prêts à ça. On est en train de travailler sur des règles pour la sécurité du joueur […] On a besoin de protéger nos joueurs. La santé du joueur est fondamentale. Il y a pas mal de choses qui sont mises en place, notamment pour les commotions. Aujourd’hui c’est très sévère. Scott Higginbotham qui avait fait une commotion en tombant mal à la mise en place, on ne l’a pas fait jouer. Il est allé voir le neurologue le lundi. Les joueurs sont bien protégés aujourd’hui. Sur toutes les actions de rucks, les joueurs sont très sensibilisés pour qu’il n’y ait plus de prise à la tête, au cou. Ce n’est plus possible et si c’est fait, ça sera carton rouge. Il va falloir un temps d’adaptation. Je pense que ça va commencer chez les jeunes, en réapprenant le plaquage, en interdisant le plaquage à deux. Les consignes politiques vont quand même dans le bon sens pour protéger la santé des joueurs sans dénaturer notre sport, même si on n’évitera pas les accidents comme il y a eu l’année dernière à Bègles“.