Christophe Urios : « On s’est mis sous pression, tout simplement »