Christophe Urios : “Hier matin j’ai trouvé les mecs un peu craintifs. Ils ne savaient pas trop comment ça allait se passer”

 

Interrogé au micro d’ARL, notre manager, Christophe Urios, est revenu sur ce que cela changeait de débuter une semaine d’entraînement après une défaite, la première en match officiel de la saison : « On est dans une semaine de défaite. Ça ne nous était pas encore arrivé depuis le début de saison, mais à part après Brive en préparation. Je vois aussi comment ça se passe, comment les mecs réagissent. Ce n’est pas pareil. Je prends tout ce qui est à prendre et qui va me permettre de faire progresser l’équipe, de progresser moi-même et de faire progresser le staff aussi […] Hier matin (mardi) j’ai trouvé les mecs un peu craintifs. Ils ne savaient pas trop comment ça allait se passer, mais on s’est vite remis au boulot. On en perdra d’autres des matchs. Celui-là, il provoque beaucoup de frustration, parce qu’on avait le sentiment que l’on pouvait l’accrocher, mais si on ne l’a pas fait, c’est que l’on n’était pas assez fort. C’est aussi simple que ça. On a besoin de continuer à travailler dur et de faire en sorte que ça bascule. Les matchs basculent assez souvent du bon côté quand tu vas les chercher, que tu les maîtrise, quand tu les contrôle, quand tu es bon à des moments importants. Il y a facilement deux situations dans le match où on peut marquer, deux situations où on va en touche ou mêlée et où ça peut faire 6 points. Quand tu vas chez le leader, la grosse équipe qui domine le Top 14, il faut avoir un, peu plus les idées claires. Ça fait partie de notre avancée, de nos projets. J’ai trouvé que l’on avait bien soldé le match. On y verra plus clair après le match de Brive pour savoir si on a appris. On s’est servi de la salle de Mandela qui est en haut de notre salle de réunion et qui dit : ‘Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j’apprends’ ».