Jefferson Poirot : « A la fin ce sont ces Gallois pragmatiques qui gagnent, comme toujours »