Christophe Urios : « Je ne pense pas que ça puisse casser le rythme. Mais par contre, on pourra peut-être jouer différemment »