Christophe Urios : « Il a ce côté îlien, mais aussi cette rusticité européenne »