Brousse : “Le meilleur moyen de progresser, c’est de jouer”

Révélé les saisons précédentes en Challenge Européen, Charles Brousse gravit les échelons doucement, mais surement. Formé au club après un passage d’une saison en Crabos au Stade Toulousain, le centre originaire des Charentes a décroché en 2014 son premier contrat professionnel avec l’Union Bordeaux Bègles. Une récompense après trois années de formation, dans un club « où il se sent bien » et où la philosophie de jeu donne encore plus de plaisir à son poste.
Aujourd’hui exposé à une concurrence aussi saine qu’importante, Charles attend avec impatience chaque week-end pour savoir s’il aura sa chance et prouver sur le terrain que l’on ne s’est pas trompé sur lui. En témoigne ce joli coup de pied pour l’essai de Sofiane Guitoune face à Grenoble, travaillé à l’entrainement toute la semaine. A 24 ans dans deux mois, il a à cœur de passer du statut de « grand espoir » à celui de joueur régulier pour son club. Et cela passe par du temps de jeu… Interview.

 

Charles, comment vas-tu et comment te sens-tu en ce début de saison ?
Bonjour, je vais bien merci. Je me sens bien et d’attaque pour cette nouvelle saison.

 

Tu entames cette année 2014-2015 avec deux matches comme titulaire en six journées. Est-ce satisfaisant pour toi et conforme à tes attentes ?
Je ne peux pas dire que je suis satisfait de mon temps de jeu en ce début de saison quand la saison dernière, à la même période, j’étais à cinq matchs sur six. Bien sur, il y avait eu des concours de circonstances mais forcément pour moi, ce début de saison est très frustrant et je ne peux pas me contenter de ça.

 

Justement, avec quinze matches de Top14 et cinq de Challenge Européen, comment juges-tu ta saison dernière, avec du recul ?
La saison dernière avait été très bonne pour moi car j’avais eu plus de temps de jeu, ce qui m’a permis d’apprendre plus vite et d’avoir plus d’expérience. Elle m’a également permis de pouvoir rester au club et de décrocher mon premier contrat professionnel. C’est une saison que je retiendrais forcément plus tard.

 

Années après années, ton temps de jeu est en constante progression. Tu penses donc mieux faire cette saison encore ? Tu t’es fixé des objectifs précis ?
Oui, j’espère mieux faire cette saison et c’est mon seul objectif. Je ne me dis pas ‘cette saison je dois faire tant ou tant de matches’. Pour moi je dois simplement essayer de jouer plus que la saison dernière, que ce soit d’un match ou de dix peu importe.

 

 

Chistera de Brousse

 

 

Comment vit-on la nouvelle lorsque l’on n’est pas du voyage avec les professionnels et que l’on redescend avec les espoirs ?
C’est toujours difficile à accepter de ne pas être dans le groupe mais ce n’est pas nous les joueurs qui faisons les choix, donc on fait avec. Descendre en espoirs n’est pas une punition même si c’est toujours dur moralement, mais cela permet d’évacuer la frustration en jouant et de garder un rythme de compétition.

 

Tous les nouveaux joueurs ont loué leur intégration et l’accueil des plus anciens. Bien sûr, au club, tout le monde a le sourire mais quels sont les actes, les petits gestes du quotidien qui assurent une meilleure intégration ? Et ont-ils eu le droit à un ‘bizutage’ pour leur souhaiter la bienvenue ?
Je ne sais pas s’il y a des gestes ou des actes particuliers pour intégrer plus facilement les nouveaux, mais on reste nous-mêmes. Le groupe est très jeune donc on se chambre, on rigole. On s’intéresse à leur intégration au niveau de la ville mais aussi à leur famille, je pense que c’est ça aussi qui leur permet de se sentir vite intégrés. Pour ce qui est du bizutage, ils ont eu le droit cet été à des petits jeux et défis que nous leur avions préparés ; c’était plutôt drôle et ils ont tous joué le jeu.

 

Il y a une forte concurrence à ton poste mais le turnover des coaches permet à tout le monde de jouer et d’avoir sa chance. Il y a quelques mois, tu déclarais être encore un peu-dessous de tes coéquipiers au même poste. Penses-tu avoir progressé et sur quels points ?
Oui c’est sur qu’il y a de la concurrence à mon poste mais ça permet de progresser. Je ne sais pas si je me suis amélioré depuis car je n’ai pas rejoué donc c’est difficile de m’évaluer, mais je travaille pour ça en tout cas. Pour passer un nouveau cap, je ne sais pas, il faudrait demander aux entraineurs. J’essaye de continuer à progresser et prendre le temps de jeu qu’on me donne en ce moment car le meilleur moyen pour progresser, c’est de jouer.

 

 

Riva Paulin et Charles Brousse

 

 

Au bout de six journées, l’UBB colle à son objectif qui est de figurer dans le Top 6 cette saison. Penses-tu que l’équipe est armée pour réaliser cet objectif ? Même si la saison est encore longue et que le niveau s’est resserré…
On réalise un début de saison satisfaisant, mais la saison est encore très longue. Nous avons beaucoup de choses à travailler encore pour rester dans cet objectif. Cela dit, j’ai le sentiment que le groupe est de mieux en mieux préparé pour regarder vers le haut donc les cartes sont entre nos mains. Il ne faut pas se voir arrivé dans ce championnat sinon on se fait vite remettre à sa place.

 

L’équipe se déplace à Brive ce week-end. Comment analyses-tu cette équipe et penses-tu qu’il s’agit du meilleur moment pour les affronter ?
C’est une équipe très agressive qui aura à cœur de se racheter devant son public après la déroute de Toulon. Je me rappelle que l’année dernière nous y allions pour gagner et nous étions passés complètement à travers dans le combat… Il faudra se méfier de cette équipe qui peut être dangereuse quand elle est sous pression.

 

Pour finir, que peut-on te souhaiter pour cette saison ?
Du temps de jeu et des phases finales pour le groupe, ce serait super.

 

Un grand merci à Charles pour sa disponibilité et sa gentillesse.