Vincent Marti : “Laurent est un monstre de travail”

Il y a les fils de, et les frères de… Vincent fait partie de la seconde catégorie. Mais de qui ? Vous l’aurez deviné, de notre Président bien évidemment, Laurent Marti. Très impliqué dans le succès de son frère au niveau des fonctions qui lui ont été confiées, Vincent a accepté d’aborder plusieurs sujets et n’en a éludé aucun. De sa vision et sa relation avec celui qui est le Président de l’UBB, en passant par ‘l’Union’ dont il est un fervent supporter, tout ceci sans manquer d’humour, voici un autre point de vue du club qui nous est cher. Interview.

 

C’est ton interview, mais on va forcément un peu parler de ton frère, Laurent Marti, Président de l’Union Bordeaux-Bègles. On dit souvent qu’il est un acharné de Rugby, à en regarder des heures et des heures…

Le mot est faible ! Cette passion du rugby, Laurent l’a depuis très jeune, lorsqu’il était joueur. Depuis qu’il a repris le club en 2007, je pense qu’il a du visionner des centaines de matchs ! Le plus incroyable, c’est que cela pouvait durer des heures, et jusqu’à très tard dans la nuit… Là où beaucoup s’arrêteraient, il continue…

 

Son recrutement est d’ailleurs loué chaque année, puisqu’il déniche sans cesse des talents, en France et ailleurs. Est-ce qu’on peut dire que le travail paye ?

Forcément. Il le montre chaque jour, que ce soit dans ses entreprises et dans son engagement au sein du club. C’est un monstre de travail.

 

Pourtant en 2010, Laurent a semble-t-il failli claquer la porte du club…

C’était une période assez nébuleuse, où Laurent se sentait seul, sans soutien, et avec un investissement financier personnel bien au-delà des limites du raisonnable.

 

Est-ce qu’il a un modèle en tant que Président ?

J’ai longtemps pensé que j’étais son modèle dans bien des domaines (rires), mais à la réflexion, je pense qu’il est Président à sa manière !

 

 

Laurent Marti joueur Canal +
(Laurent Marti en surbrillance)

 

 

Laurent a joué au rugby dans sa jeunesse et avait même un bon niveau. Est-ce un avantage pour présider un club de rugby ? Avez-vous joué ensemble ?

Oui, je le pense. On peut être un très bon chef d’entreprise et ne pas forcément ressentir les sensations et la magie que procure le sport, et particulièrement le rugby et ses valeurs. Laurent a la chance d’avoir pu tirer de son expérience dans les deux domaines. Nous avons joué tous les deux au sein de l’Union Sportive Bergeracoise – lui a aussi fait une petite pige en junior au Stade Toulousain – mais étant son cadet de 10 ans, nos « carrières » ne se sont malheureusement pas croisées, mis à part quelques petits jeux le vendredi soir ! Et je dois aussi vous avouer que je n’ai jamais réussi à le battre au ping pong ! (rires)

 

Au niveau du travail, l’on voit que vous êtes impliqués au niveau familial, puisque tu es aujourd’hui le Directeur des achats et logistique de TOP-TEX GROUP (visitez le site du groupe ICI). Est-ce l’un des secrets de votre réussite ?

La réussite des entreprises Top-Tex et Kariban est essentiellement due à l’audace et à la vision de Laurent, mais aussi à sa gestion humaine. J’ai eu la chance de rejoindre l’aventure au tout début, avec ma sœur et un ami à lui. Forcément, on vit cela à fond, on s’investit peut-être même encore plus que pour soi-même. Nous étions « l’essence du moteur », cela a porté ses fruits, nous en sommes tous très fiers.

 

Laurent consacre une grosse partie de sa semaine à l’UBB. Du coup, il te délègue beaucoup pour vos entreprises ou il a aussi d’autres personnes de confiance ?

Nous sommes trois directeurs à se partager les responsabilités, ainsi que ma sœur, une équipe fidèle avec un esprit très familial. Laurent continue malgré son emploi du temps à avoir un œil sur tout, tout en nous faisant une confiance totale. Cela se passe très bien.

 

Plus généralement, comment vit-on, en tant que frère, l’ascension de l’UBB ces dernières années ? Est-ce qu’on devient supporter, est-ce qu’on a un droit de regard, est-ce qu’on est consulté sur certains points ?

Supporter naturellement, et bien que nous nous voyions de moins en moins, parler de rugby prend souvent le dessus sur le reste ! Disons que les débats sont très passionnels, mais cela s’arrête là !

 

Toi qui a à la fois un regard extérieur et intérieur à ce qui se passe dans le groupe de l’UBB, penses-tu que les rumeurs du départ de Raphaël Ibanez nous ont peut-être empêchées ou freinées dans la course aux six premières places ?

Bien que n’étant pas assez à l’intérieur du groupe pour tirer un constat, je pense quand même que ce genre de rumeur n’amène rien de bien.

 

Si l’on devait faire un bilan de la saison qui vient de s’écouler, quel serait-il ?

Personnellement, je dirais ni bonne, ni mauvaise. Le passage à vide fatal à la qualification de cet hiver a été très douloureux, L’épilogue du championnat aussi. La qualification pour la Champions Cup reste quelque chose de positif. Mais pour moi n’est qu’un tout petit lot de consolation…

 

 

Vincent Etcheto

 

 

Nous sommes un peu “obligés” de te poser la question sur la dernière annonce, celle du départ de Vincent Etcheto. Quel est ton avis sur le sujet ?

Laurent a l’air perturbé. Je sais qu’il est touché car il a toujours placé l’humain au cœur de ses relations. Je crois me souvenir que c’est lui qui a lancé Vincent quand celui-ci était entraîneur au Boucau qui descendait en Fédérale 2. Laurent est un fidèle en amitié, s’il en est arrivé là c’est qu’il avait ses raisons, qu’il ne veut peut-être pas exposer publiquement.

 

Le recrutement est aujourd’hui bouclé. Que regard portes-tu sur l’UBB version 2015-2016 ? On semble clairement changer de dimension…

On peut en effet considérer que le recrutement est ambitieux, et laisse de beaux espoirs. Je devine aussi les heures et les heures de travail effectuées pour cela, j’espère que cela portera ses fruits, tout le club le mérite.

 

L’essor de l’UBB, c’est aussi un peu l’accroissement du nombre de supporters et la sortie, il y a un an, de Rugby Scapulaire. Quel regard portes-tu sur notre site ?

J’aime beaucoup ; infos complètes, bien diffusées. Voir un site de supporters suivi de plus en plus sur les réseaux sociaux, ce public merveilleux et fidèle, cela donne vraiment du baume au cœur ! Et VOUS êtes le 1er public d’Europe, bravo !

 

Merci à Vincent pour le temps qu’il nous a accordé. Nous renouvellerons volontiers l’expérience en cours de saison.

Et une nouvelle fois félicitations pour le dernier heureux évènement 😉