Laurent Marti : “À cette époque, il y a eu de grandes périodes de flottement au club”

 

Interrogé par l’Equipe, le président de l’UBB, Laurent Marti, est revenu sur la période qui a vu Jacques Brunel, Rory Teague et Joe Worsley se succéder à la tête du club : “Ça a été des périodes très difficiles à vivre. Pas que pour moi, mais pour les joueurs aussi et tous les staffs sportifs du club également. Là, j’ai commis des erreurs. Il y a d’abord eu Jacques Brunel (mars-décembre 2017). Avec lui, cela se passait bien, c’était le papa de l’équipe. Mais Jacques est très rapidement parti prendre les commandes de l’équipe de France. Derrière, je prends la décision, dans l’urgence, de nommer Rory Teague (janvier-novembre 2018), qui était certainement l’entraîneur le plus talentueux qu’on ait vu passer sur le pur plan de la connaissance du rugby. Les joueurs le disent encore. Mais il n’était pas mature pour le poste. Je l’ai débarqué en cours de saison et je file le bébé à Joe Worsley (novembre 2018-juin 2019), qui n’était pas fait pour ce job, même s’il a donné tout ce qu’il pouvait. À cette époque, il y a eu de grandes périodes de flottement au club“.