Bilan de la tournée argentine pour nos internationaux pour le Midi Olympique

Poirot

 

Alors que la tournée en Argentine s’est terminée sur une victoire et une défaite pour le XV de France, le Midi Olympique dresse un bilan des performances de nos internationaux.

 

Parmi les 6 joueurs de l’UBB retenus pour cette campagne, 2 sont classés dans la catégories ‘on devrait les revoir’. Il s’agit, tout d’abord, de Baptiste Serin qui pour eux a réalisé “deux performances majeures. Des qualités techniques idoines pour le jeu de mouvement prôné par Novès, un leadership impressionnant pour ses 21 ans, un culot à toutes épreuves, Serin sera à coup sûr dans la liste des trente internationaux protégés que le sélectionneur communiquera prochainement“. Le second est en partance pour Brive, il s’agit de Julien Le Devedec, qui “par son intelligence de jeu et sa capacité à jouer juste, et malgré son âge avancé, reviendra en Bleu“.

 

Deux joueurs sont classés dans la catégorie ‘ils confirment’. Le premier est notre pilier gauche Jefferson Poirot, “excellent en mêlée fermée mais aussi dans le jeu courant, lors de cette tournée argentine, le Girondin s’impose comme un incontournable“. Le second est Loann Goujon, notre 3ème ligne, qui “s’installe tout doucement, sans faire de bruit mais à force d’activité dans le travail défensif, en troisième ligne aile, où il semble plus à même de rivaliser à l’international“.

 

Julien Rey, notre 3/4 centre, pour sa part, est placé dans la catégorie ‘ils peuvent mieux faire’. Pour le bi-hebdomadaire, les performances de Julienlaisseront une impression ambiguë. Le Bordelo-Bèglais ne s’est pas économisé, c’est très clair, notamment dans le secteur défensif. Son apport est une vérité statistique (16 plaquages en 120 minutes de temps de jeu) mais aussi structurelle : promu capitaine de la défense pour le premier test, il est celui qui a beaucoup réorganisé le rideau défensif des Bleus, qui a commenté les montées défensives et annoncé les systèmes. Souvent avec succès, quand les Bleus n’ont encaissé aucun essai sur le deuxième test, et trois réalisations encaissées au premier match mais toutes dues à des errements individuels. Le problème ? C’est qu’il compte parmi des « errements », sur le premier test, quand il est battu sur son épaule intérieure par Manuel Montero. Autre aspect négatif, Rey semble manquer de vitesse pour peser offensivement dans ces rencontres internationales“.

 

Notre dernier international, Clément Maynadier n’a pas disputé un temps de jeu suffisant pour pouvoir être classé.