Poux : “Les jeunes sont préparés à ce rugby, moi j’étais préparé à celui des années 90”

Francisco Gomez Kodela et Jean-Baptiste Poux

 

Ayant annoncé la fin de sa carrière pour l’issue de cette saison, Jean-Baptiste Poux est revenu sur les différences avec le rugby des années 90. Il explique que les jeunes pilier sont beaucoup mieux préparés aujourd’hui, qu’ils touchent plus de ballon, et que c’est plus physique. “Le rugby a bien changé. J’en parlais avec certains, à l’époque, on touchait beaucoup moins de ballons au poste de pilier. Il y avait moins de phases de rucks, on était vraiment concentré sur la mêlée, les lifts en touche, une bonne défense. Maintenant, c’est beaucoup de zones d’affrontement, avec le ballon, beaucoup plus de plaquages. C’est devenu beaucoup plus intense au niveau physique. Quand je regarde nos matches il y a quinze ans et ceux d’aujourd’hui, c’est différent. Les jeunes sont préparés à ce rugby-là, moi j’étais préparé à celui des années 90. Ils sont beaucoup mieux préparés que moi à leur âge, physiquement ils sont vraiment au point, cela n’a rien à voir, ils sont beaucoup plus encadrés que nous. On ne peut pas comparer les générations. Moi, j’ai eu la chance de connaitre ces deux rugbys, il a évolué comme dans tous les sports […] L’expérience au niveau de la mêlée me sert tout le temps mais au niveau de l’intensité, je ne peux pas me comparer à gauche avec “Jeff” (Poirot), Sébastien (Taofifenua) ou Steven (Kitshoff), des joueurs de grande qualité qui sont en pleine possession de leurs moyens physiques. J’essaye d’apporter mon expérience et d’être toujours positif. Après, quand on a 37 ans, on n’a plus du tout le même rôle qu’à 25. Là, j’accompagne et j’essaye de donner le maximum quand on fait appel à moi”.

Rugbyrama