Serin : “Quelque soit le contexte du match, j’arrive à utiliser ce processus”

 

Dans l’interview qu’il a accordé au Midi Olympique, notre demi de mêlée international, Baptiste Serin, est revenu sur ce qui pouvait lui faire perdre son calme en cours de match et le travail mental qu’il fait pour éviter que cela arrive : “Ce qui peut m’agacer, c’est lorsque mon équipe ne trouve pas de solution. Lorsqu’on se retrouve dans un match où rien ne va, où tout ce que tu vas essayer va rater. Je travaille là-dessus pour parvenir à rester calme et trouver la bonne solution, même quand le problème semble insoluble […] Si tu fais une mauvaise passe, l’idée, c’est de switcher le plus vite possible. Les passes tu sais les faire, le problème n’est pas technique. Alors, tu ‘nextes’, tu passes directement à autre chose. On appelle cela l’effet corbeille. Pour que cela marche, il faut se reconcentrer sur autre chose. Je ne veux pas divulguer tout mes petits trucs personnels, mais cela peut-être n’importe quoi. Un mot-clé, par exemple, une couleur, une figure que l’on essaie de se représenter mentalement. Tout est bon tant que l’on parvient à passer à autre chose […] Aujourd’hui ce fonctionnement est entré dans ma logique. Si bien que, quelque soit le contexte du match, j’arrive à utiliser ce processus“.

 

Il est aussi revenu sur les similitudes avec le rôle de buteur : “Le but c’est la routine, que tu répètes. Des fois, tu rates, parce que tu t’es manqué sur un enchaînement de détails. Le point commun, c’est qu’après un échec, il faut de suite switcher. C’est la même logique. Quand tu butes, c’est que tu sais taper. Il ne faut pas tout remettre en cause, juste se donner les moyens de passer à autre chose“.