Laurent Travers : « Les garçons ont fait ce qu’il fallait pour leur enlever le bonus mais il y a ces trente dernières secondes qui sont cruelles »