Philippe Barbe : « Il leur a donné une forme de dynamisme en les laissant assez libres »