Christophe Urios : “Je ne peux pas être en tribune. J’ai du mal, je ne ressens pas le rugby de la même façon”

 

Interrogé par Rugbyrama, notre manager, Christophe Urios, s’est confié sur l’importance pour lui d’être au bord du terrain, que ce soit à l’entraînement, ou bien en match : “J’ai besoin d’être au contact de mes joueurs. C’est comme dans les matchs, je ne peux pas être en tribune. J’ai du mal, je ne ressens pas le rugby de la même façon. J’ai été en tribune parce que j’ai été plusieurs fois suspendu quand j’étais jeune entraîneur et franchement, c’était un calvaire pour moi. J’ai besoin d’être au cœur de l’action et que les joueurs sentent que je suis là. Sur l’entraînement, j’interviens assez peu. J’interviens beaucoup en salle. Quand on va à l’entraînement, tout est calé, calibré. Tout le monde sait ce qu’il a à faire. Ça, c’est mon job. Tout est fait en amont. La préparation est essentielle. Je trouve qu’en France, on ne passe pas assez de temps en préparation. Préparer une réunion, une séance de terrain, une vidéo. On doit y passer du temps, cela doit être aux petits oignons, précis. Et quand on va sur le terrain, les uns et les autres, tout est organisé. On sait tous à quel moment on va s’arrêter pour boire, à quel moment on va mettre de la pression, on va tourner. C’est important. Moi, je dors sur mes deux oreilles, je sais que cela va se passer comme ça. Après dans l’animation, ils sont meilleurs que moi. Mais j’ai besoin d’être là au milieu, parce que je ressens le pouls de mon équipe. Et si le pouls de mon équipe ne me plaît pas, là, je peux intervenir“.