Carter : “C’est enrichissant de voir un nouveau pays, une autre culture, un autre rugby”

Sam Carter

 

 

Sam Carter, notre joker Coupe du Monde au poste de seconde ligne, a été interrogé par Sud-Ouest. Lui pour qui “jouer le Mondial était un rêve” mais qui, à cause d’une blessure arrivée au mauvais moment, se retrouve seulement réserviste (il pourrait d’ailleurs être amené à quitter l’UBB à n’importe quel moment si un Australien se blesse pendant la Coup du Monde). Incontournable dans sa province des Brumbies, il n’avait pas prévu d’aller jouer en Europe plus tôt mais afin d’être plus prêt de l’Angleterre il a saisi l’opportunité de venir jouer en France. Il affirme qu’il veut “essayer d’apprendre au maximum. Cela peut être un plus pour l’avenir. Et apporter en retour ce que je peux […] C’est enrichissant de voir un nouveau pays, une autre culture, un autre rugby. Maintenant, je suis ici et je le prends comme une expérience supplémentaire“.

 

Il ne devrait pas croiser ses coéquipiers Sekope Kepu et Adam Ashley-Cooper car il repartira le 16 novembre (un nouveau joueur au même poste pourrait être pris en joueur supplémentaire si besoin en cours de saison), mais ces derniers lui “demandent comment est la ville, si ça se passe bien. Ils sont très excités de venir ici“.

 

Pour Laurent Marti son acclimatation, même si le temps est court, ne devrait pas poser trop de problèmes : “l’éducation rugbystique des Australiens, comme des Néo-Zélandais, fait qu’ils n’ont pas de mal à s’intégrer. Avec son vécu, je ne pense pas que le mouvement général soit un problème. Il pourrait juste être surpris par l’agressivité. Les quatre matchs sont quatre derbys. C’est particulier, et il faudra le prévenir“.