Kitshoff : “Je décidais moi-même la façon dont je voulais jouer”

Steven Kitshoff

 

Interrogé par Sport 24, notre pilier Steven Kitshoff, est revenu sur les différences entre le Super Rugby et le Top 14 et les progrès qu’il estime avoir fait en France : « Les standards de jeu sont plus lents dans le Top 14 que dans le Super Rugby. En Top 14, un gros accent est mis sur les phases de jeu arrêtées et sur le rugby d’avant. Le Super Rugby est joué à un rythme plus élevé et plus orienté sur les lignes de courses. Pour être honnête, l’intensité d’entraînement et le rythme auquel on jouait en Afrique du Sud me manquent. En France les coaches sont forts sur certains aspects du coaching et ils placent beaucoup d’importance sur la mêlée et les phases arrêtées. Mais quand il s’agit du jeu en général, comme l’attaque et la défense, les coaches en Afrique du Sud font un meilleur boulot et gardent leurs joueurs sur le qui-vive. En France, je décidais moi-même la façon dont je voulais jouer en fonction du type de coaching auquel je faisais face. En tant qu’équipe, nous avons commencé la saison en jouant un très bon rugby, puis nous avons eu des difficultés à la mi-saison. Nous avions quelques problèmes avec le staff et les joueurs n’étaient pas contents. Le style de coaching est très différent ici de ce dont j’avais l’habitude en Afrique du Sud, mais j’ai grandi en tant que joueur, surtout en ce qui concerne ma prise de décision. D’un point de vue de joueur, le principal atout de mon séjour en France a été d’affronter en mêlée des joueurs d’autres nationalités et de perfectionner ma technique. J’ai affronté des français, des roumains, des géorgiens, des tongiens. D’une manière général la mêlée est plus forte et je continue d’apprendre ».