Hugh Chalmers : “Ces premiers mois d’adaptation vont façonner leur carrière en France”

 

Dans la chronique qu’il tient régulièrement dans le journal Sud-Ouest, notre 3ème ligne, Hugh Chalmers, revient sur son arrivée à Montluçon et sa découverte avec ce nouveau pays qu’est la France. Un pays différent de ce qu’il connaissait jusqu’à maintenant : “Je me rappellerai toujours de ce moment embarrassant, à Montluçon, après un long voyage en bus de Paris. Le manager de l’équipe était venu m’accueillir. Par habitude, j’étais monté dans la voiture du côté conducteur, ayant oublié que vous conduisez à droite. Après s’être habitué à la conduite du côté opposé, il faut passer la barrière de la langue qui les
premiers jours rend les tâches les plus basiques, comme aller au supermarché, plus compliquées que prévu. Il leur faudra aussi s’habituer aux magasins fermés entre 12 et 14 heures et pour la plupart d’entre eux, le dimanche. Serrer la main de tous, tous les jours, sans parler de « faire la bise » : tout cela nous est complètement étranger. Puis il leur faudra trouver un logement et faire face à la bureaucratie, une tâche particulièrement ardue. Pour la plupart des étrangers, ces premiers mois d’adaptation vont façonner leur carrière en France. Ils deviennent parfois de plus en plus négatifs face à ces différences et cela finit par avoir une influence sur le terrain“.