Jean-Baptiste Dubié : « Nans me tire un peu vers le haut, ou vers le bas (rires) »