Patrick Arlettaz : « Depuis le début de l’année, les rebonds n’étaient pas favorables, sans doute parce qu’on ne le méritait pas »