Baptiste Serin : « On manque de cet instinct de tueur à la fin »