Philippe Barbe : « De temps en temps, il faut prendre des décisions assez brutales parce que si la gangrène s’y met, c’est compliqué »