L’UBB anticipe un possible Brexit sans accord

 

C’est le 29 mars prochain que la Grande-Bretagne devrait quitter l’Union Européenne. Devant l’incertitude de la situation et l’éventualité d’une interdiction de travailler en France pour les personnes arrivées en France avec un passeport britannique, l’UBB a préféré anticiper et Alphonse Miralles, l’un des coordinateurs sportifs de l’UBB, s’est rendu en préfecture pour obtenir un titre de séjour pour les ressortissants britanniques (et australiens) du club (Blair Connor, Luke Narraway, Joe Worsley, Leroy Houston, un analyste vidéo et un kiné). Comme il l’explique au Midi Olympique : “Le préfet a été sympa avec nous. Pour les gars qui sont là depuis plus de cinq ans, la préfecture donne un titre de séjour de dix ans, si l’on apporte la preuve que l’on a payé des impôts pendant cinq ans. Pour ceux qui ont un contrat de deux ans, la préfecture donne un titre de séjour de deux ans. Un récépissé provisoire en fait qui doit se transformer en quelques semaines en carte de séjour […] On ne sait pas ce qui va se passer. Peut-être que tout ce que j’ai fait aura été inutile. Mais nous sommes partis de l’idée que sans titre de séjour autorisant à travailler, on ne peut pas avoir de licence. A moins peut-être que la LNR décide quelque chose“.