Maxime Lucu : “J’ai eu un peu de mal au début, je faisais comme à Biarritz, où les plages de récupération étaient plus larges”

 

Interrogé dans les colonnes de Sud-Ouest, notre nouveau demi de mêlée, Maxime Lucu, a livré son sentiment sur la différence entre un club de Pro D2 et un club de Top 14 : “Ce qui change, ce n’est pas la préparation, mais l’accumulation des choses. A Biarritz, on reprenait souvent début ou mi-juin. Ce qui laissait sept à huit semaines de préparation physique, donc le temps d’espacer les choses, avant d’attaquer le rugby. A Bordeaux, on a repris le 1er juillet avec du physique et du rugby. Ça faisait des journées assez longues, où la récupération était primordiale. J’ai eu un peu de mal au début, je faisais comme à Biarritz, où les plages de récupération étaient plus larges. J’étais pas mal fatigué, je subissais plus. En écoutant les kinés, j’ai travaillé là-dessus, ce qui m’a permis de rentrer plein pot la troisième semaine. Depuis, ça se passe très bien, vendredi j’étais bien“.