Christophe Urios : “Le matin, à la maison, c’est calme, il n’y a personne autour, c’est là que je peux le mieux avancer sur les parties qui demandent le plus de réflexion”

 

Interrogé par l’Equipe, notre manager, Christophe Urios, est revenu sur son rythme de vie, lui qui est quelqu’un qui dort très peu : “Quand j’ai un coup de pompe, j’ai un remède terrible : je me couche très tôt, environ à 20h30. Je prends un bouquin, je m’endors, et le lendemain, c’est reparti. Mais ça ne m’arrive pas souvent quand même. Mon rythme, c’est de me coucher à 23 heures et de me lever à 4 ou 5 heures. Le matin, à la maison, c’est calme, il n’y a personne autour, c’est là que je peux le mieux avancer sur les parties qui demandent le plus de réflexion. Parce qu’après, quand t’arrives au centre d’entraînement, ça ne s’arrête jamais. Et le soir, après le dîner, je traite tous les mails, toutes les choses que je n’ai pas pu régler dans la journée. J’ai toujours été comme ça. J’ai lu l’interview d’un entraîneur (Vincent Etcheto, dans Midi Olympique) qui disait que quand il avait une réunion à 8 heures, il arrivait deux minutes avant. Moi, j’en suis incapable, je n’ai pas ce talent-là. Il a de la chance, parce que moi, pour une réunion à 8 heures, il me faut arriver à 6 heures…“.