Christophe Urios : “Je pense qu’il va progresser, mais on partait de loin avec lui”

 

Interrogé au micro d’ARL, notre manager, Christophe Urios, est revenu longuement sur le cas de notre trois-quart centre néo-zélandais, Seta Tamanivalu : « Il me semble qu’il est bien mieux que ce qu’il n’était l’année dernière. En termes de poids. Physiquement, il est en train de retrouver un très bon niveau. Il a fait un bon entraînement. C’est quelqu’un qui a besoin de confiance, mais aussi de retrouver un bon niveau physique. Je pense qu’il peut encore perdre un peu de poids. Il faut qu’il continue à s’entraîner comme il le fait à enchaîner les semaines de haut niveau avec beaucoup plus d’intensité. Il ne met pas encore assez d’intensité dans ce qu’il fait. Je pense qu’il va progresser, mais on partait de loin avec lui. La difficulté qu’il a, c’est qu’il est arrivé blessé, une problème de dos, un surpoids. Il a passé une année difficile dans le fonctionnement. Même s’il a une grande carrière, c’est vraiment quelqu’un qui a besoin de confiance. Il te pose 10 fois la question. Je l’imagine l’année dernière, où ça partait un peu dans tous les sens. Ce n’est pas facile pour lui pour s’exprimer. En début de saison, il est arrivé blessé, il s’était fait mal à un tournoi à 7. Il a perdu du temps, ensuite il était un peu gros. Maintenant, il n’est pas trop mal au niveau du poids, même s’il peut encore en perdre un peu. Maintenant, il est à un bon niveau. Est-ce qu’il va retrouver son meilleur niveau, je te le dirais dans une paire de mois. Il a un bagage technique bien au-dessus de la moyenne par rapport à un profil comme ça, très costaud. Après je pense que l’on a déjà pas mal de fluidité derrière. Il va nous amener de l’agressivité quand même. Il a cette agressivité, même si Rémi l’amène. Mais c’est quelqu’un de méchant Seta. Il peut nous amener ça. Mais ce qu’il doit nous amener quand même, c’est son envie de jouer au rugby. Il est dans une équipe qui marche bien pour le moment. C’est quelqu’un de bien, qui a des responsabilités dans le groupe. Il passe bien avec tout le monde. Quand je les ai rencontrés pour la première fois le 25 mai, avec la casquette, c’était le frère de celui que je vois aujourd’hui. Il a confiance en nous, on a confiance en lui. IL est à un niveau physique acceptable. Je compte sur lui pour qu’il nous amène cette agressivité, cette capacité à gagner les 1 contre 1, plus que de la fluidité. Il va évidemment nous l’amener, mais c’est plus un JB Dubié. Seta, il faut qu’il avance dans les espaces où c’est difficile d’avancer. Il a cette capacité à jouer debout, à faire des offloads. Evidemment que l’on s’en sert et on s’en est servi contre le Stade Français. Il faut faire les choses dans l’ordre. Pour faire un offload, il faut déjà avancer, qu’il gagne des duels, se mette dans la défense et être capable de jouer debout. Je ne le sens pas faire les choses à l’envers, jouer au ballon plutôt que vouloir gagner les duels ».