Baptiste Chouzenoux : « On n’a pas su les contrer assez, faire le break »