Christophe Urios : « Techniquement, ce qui est important, c’est que l’on a revu des équipes qui pratiquaient un rugby qui correspondait à leur histoire »