Jean-Pascal Barraque : “L’UBB a les moyens et le caractère pour jouer les phases finales”

Arrivé à l’UBB en provenance de l’équipe de France à 7 comme joker médical de Romain Lonca, Jean-Pascal Barraque vient de quitter notre club pour rejoindre cette dernière, afin der préparer le début de la saison et le tournoi de Dubaï, début décembre. Au cours de son passage au club, il aura joué sept matchs, dont deux comme titulaire et inscrit 3 essais. Il aura fait preuve de sa polyvalence alternant entre les différents postes de la ligne arrière. L’occasion de dresser un bilan avec lui de ce début de saison et de se projeter dans sa saison à 7, avant, qui sait, un retour sous le maillot de l’UBB dans le futur. Interview.

 

Tu as désormais quitté l’UBB parce que ta pige arrivait à son terme, quels souvenirs garderas-tu de ton passage au club ? Es-tu satisfait de ton temps de jeu ?
J’en garde un très bon souvenir, j’ai rencontré de nouveaux amis et je me suis bien intégré dans ce groupe. Je suis plutôt satisfait, j’ai eu du temps de jeu à un poste où je n’avais pas forcément l’habitude de jouer, puis un peu plus à d’autres auxquels j’avais plus de repères. Je suis plutôt content de ce que j’ai réussi à faire sur le terrain grâce au bon collectif de l’UBB.

 

Actuellement l’UBB pointe à la 6ème place du classement. Que penses-tu du début de saison du club avant un mois de novembre sans les internationaux ?
L’UBB a fait de gros matches à la maison, c’est ce qui fait qu’on est dans le haut du tableau, avec aussi une victoire à l’extérieur. Ce début de saison, malgré un ou deux matchs ratés, est très encourageant. C’est sûr que les internationaux vont manquer car c’est une plus-value dans l’équipe. Mais l’UBB a un effectif homogène, avec des jeunes qui poussent, ce qui devrait pouvoir combler ces handicaps.

 

Toi qui as côtoyé le groupe pendant plusieurs mois, quelle penses-tu que sera la place du club en fin de saison. Les vois-tu finir dans le Top 6 ?
Bien sûr ! L’Union Bordeaux-Bègles a les moyens et le caractère pour jouer les phases finales.

 

Cette saison, c’était un nouveau staff qui dirigeait l’UBB avec l’arrivée d’entraîneurs anglo-saxons, Jeremy Davidson et Rory Teague, qu’as-tu pensé de leur apport au club ?
C’est difficile à dire car je n’étais pas au club avant, mais tout le monde est satisfait.

 

Durant ton passage à l’UBB, y-a-t-il des joueurs qui t’ont particulièrement marqué ?
Pas un joueur en particulier, mais surtout le collectif avec les jeunes et les joueurs un peu plus expérimentés, qui font un bon mélange, ce qui n’est parfois pas facile. Mais tout le monde s’entraide pour avoir l’équipe la plus performante le week-end.

 

 

Alors que tu vas rejoindre l’équipe de France de rugby à 7, que t’a apporté ce retour à XV dans l’optique de la saison importante qui t’attend ?
Le XV m’a permis de rester dans une compétition de très haut niveau, de me maintenir en forme et de pouvoir être performant lorsque je vais revenir à 7. Donc c’est vraiment un plus pour moi.

 

Avec des résultats mitigés en préparation, l’équipe de France à 7 semble avoir un début de saison compliqué. Qu’en penses-tu ?
Je ne suis pas inquiet, j’ai confiance en le staff. Le temps que tout prenne, que tous les joueurs s’associent bien au projet demandé et après il y a pas de raison à ce que ça ne gaze pas.

 

 

De nombreux cadres ont arrêté en fin de saison (Vincent Candelon, Terry Bouhraoua, Virimi Vakatawa…) et de nombreux jeunes ont rejoint le groupe. Quels sont les objectifs pour cette équipe en reconstruction sur le circuit mondial ?
Les objectifs sont simples. Préparer l’équipe afin qu’elle soit performante à la Coupe du monde. On a un an pour bien se préparer, ça va arriver vite, mais on a de quoi progresser et engranger de la confiance pour ce mondial. L’objectif est de créer une équipe performante sur le circuit et qu’elle soit en confiance pour la Coupe du monde. Chaque match, on veut les gagner, il n’y a pas plus simple que ça.

 

En équipe de France, tu vas retrouver Paulin Riva, ancien de l’UBB qui a signé un contrat fédéral pour cette saison. Que peux-tu nous dire de lui ? 
Paulin a de grandes qualités. Il est costaud, tout en étant rapide. Il comprend bien le jeu. Il ne peut qu’apporter un plus à cette équipe.

 

Cette saison, Ben Ryan, qui a été champion olympique avec l’équipe des Fidji, a rejoint l’équipe de France comme consultant. Que penses-tu de cette nouvelle et que va être son apport ?
Ça ne peut être qu’une plus-value, il connaît bien son sujet et ne peut qu’apporter un plus à notre équipe.

 

Envisages-tu d’effectuer un retour à XV dans le futur ? Celui-ci pourrait-il être à l’UBB ?
A l’UBB, ça s’est bien passé, ma famille est sur Bordeaux donc pourquoi pas ?! Mais pour l’instant, je suis en contrat jusqu’en 2019 avec un ‘plus un’ en option pour les Jeux Olympiques donc je n’y pense pas. Je veux être performant avec cette équipe et que cette équipe le soit aussi.

 

Même s’il devient de plus en plus populaire, ne penses-tu pas que le rugby à 7, comparé à d’autres pays, peine à trouver sa place en France face au XV ?
Le 7 évolue bien en France Il commence à trouver sa place petit à petit. Les gens jouent le jeu à chaque tournoi fait à Paris donc je ne m’inquiète pas pour son avenir. Si les résultats suivent, il n’y a pas de raison que ça n’évolue pas dans le bon sens.

 

 

Depuis cette saison, des tournois à 7 sont organisés en début de saison dans les catégories de jeunes. Penses-tu que la pratique du 7 peut-être une bonne chose pour la formation des jeunes ?
Le rugby à 7 est une bonne école, que ce soit au niveau défensif comme en attaque, donc c’est une bonne chose, oui, pour les joueurs.

 

Ed Fidow, le jeune centre-ailier samoan, qui vient de rejoindre l’UBB a joué en équipe à 7 des Samoa. As-tu déjà été confronté à ce joueur? 
Je n’ai pas eu affaire à lui, donc je ne le connais pas forcément bien mais si l’UBB l’a repéré, c’est qu’il a des qualités.

 

Nous remercions Jean-Pascal pour le temps qu’il nous a consacré et nous lui souhaitons bonne chance, ainsi qu’à toute l’équipe de France à 7, pour la saison à venir avec une Coupe du Monde comme point d’orgue en fin de saison. Peut-être à bientôt ?!