Serin : “Quand un club lance un jeune Français, il est rarement déçu”

Baptiste Serin

 

Pour le Midi Olympique, Baptiste Serin, notre jeune demi de mêlée, revient sur la chance qu’il a eu que le club lui fasse confiance très jeune et lui donne le temps de jeu nécessaire à sa progression. Il aimerait que cela se produise dans plus de clubs : “Nos instances travaillent pour améliorer les choses et c’est tant mieux. Mais ce n’est pas vraiment de mon ressort, je n’ai pas envie de me mêler à ce débat, sur ce qu’il faudrait faire. Ou pas. Simplement, je trouve personnellement que la situation s’améliore. Le cœur du problème, c’est le temps de jeu. Pour avoir côtoyé les équipes de France de jeunes, notre génération était riche en potentiels et en joueurs. Camara, Mignot, Fickou étaient avec moi chez les moins de 20 ans. On les retrouve aujourd’hui parce que, quand un club lance un jeune Français, il est rarement déçu. Il faudrait que tout le monde, que tous les clubs soient dans cette dynamique. Je vois mon parcours et j’aimerais que d’autres jeunes connaissent ma chance de jouer, de trouver un club qui n’hésite pas à le lancer“.