Bruté de Rémur : “Je me dis que le travail va toujours payer”

Gauthier Brute de Remur

 

Il a effectué la préparation avec le groupe pro et a disputé ses premières minutes en équipe premières lors des matchs de préparation contre Biarritz et La Rochelle, le jeune talonneur espoir de l’UBB, Gauthier Bruté de Remur, revient dans les colonnes du magazine mensuel du Midi Olympique sur la vie au centre de formation de l’UBB : « J’habite ici, c’est un choix, même si une partie de ma famille est à Bordeaux. On prend soin de nous au centre de formation. Il y a une dame formidable Christel Zago qui s’occupe de tous les pensionnaires. Pour ceux qui arrivent des Fidji ou de Géorgie, elle est comme une seconde famille »

 

Il s’exprime aussi sur la difficulté et le côté aléatoire du rugby professionnel : « Les gens qui viennent au stade ne voient que les joueurs qui sont sur le terrain. D’autres jouent moins. J’ai déjà vu des gars s’entraîner toute une saison pour disputer à peine 40 minutes. Moi-même, j’ai connu une période où mon temps de jeu a diminué chez les espoirs. Je me suis accroché. Je me dis que le travail va toujours payer. Je m’oblige ainsi à faire trente minutes de lancer en touche chaque jour, un travail solitaire en marge des entraînements officiels. Depuis que je m’entraîne avec les pros, j’ai aussi fait des trucs avec Hugh Chalmers, un gars qui est vraiment dans le partage. Jean- Baptiste Poux le fait aussi au niveau de la mêlée. Quand ça va mal, certains lâchent tout, c’est vrai. Moi, je me dis qu’il vaut mieux être là que pas là ».