Ntamack : “Les erreurs d’arbitrage, il y en a toujours eu, il y en aura toujours”

Emile Ntamack

 

Depuis le début de la saison et tout particulièrement la semaine dernière, avec les matchs Grenoble-UBB et Montpellier-Lyon, l’arbitrage est souvent critiqué par les joueurs, entraîneurs et dirigeants des clubs de Top 14. Interrogé sur la question par Le Rugbynistère, notre entraîneur des arrières, Emile Ntamack, présente une position un peu à contre-courant : “Les médias font la part belle aux polémiques, aux personnes qui se plaignent de l’arbitrage, mais on n’entend jamais un contre-poids dans le sens des arbitres. L’erreur est peut-être parfois arbitrale, mais elle est pareille pour tout le monde […] Les erreurs d’arbitrage, il y en a toujours eu, il y en aura toujours, mais on avait une décence – dans le rugby – d’exprimer les choses de façon différente. Et avec respect. Certaines déclarations étaient irrespectueuses, et pour moi, c’est inacceptable dans ce que représente les valeurs de notre sport, qui sont bafouées à plus d’un titre […] Le rugby, ce sont des valeurs de tolérance, de pardon, de respect. Je comprends qu’il y ait de la déception, de l’amertume. Mais le rugby doit rester différent […] Le message véhiculé risque de rejaillir sur notre jeunesse, et ce manque de respect envers l’arbitre va se transmettre, parce qu’on se permet de le faire au plus haut niveau. Je crois qu’on n’a pas le droit de franchir cette barrière“.

 

A ce titre, il propose des pistes pour améliorer le système et aider les arbitres : “Je crois au travail. Il faut les accompagner. Au-delà de 45 ans, ils ne peuvent plus être sur le terrain mais ils pourraient être des superviseurs. Les arbitres, comme les joueurs, ont besoin de soutien actif et régulier. Arbitrer, c’est aussi vivre à travers le contexte, ce n’est pas appliquer bêtement le règlement. Oui, ils font des erreurs, mais il faut leur donner le sentiment qu’on compte sur eux pour qu’ils s’améliorent, mais on ne peut remettre en question leur honnêteté”.