Baptiste Serin : « En seconde mi-temps, on les a trop regardé. On connaissait leurs forces. Ils ne sont pas là par hasard »