Christophe Urios : « Depuis le 1er juillet on attend ça. Donc celui qui tremble aujourd’hui, il ne faut pas qu’il joue. Donc on est prêt pour ça »