Domvo : “Retrouver le plaisir de jouer au rugby”

C’était sa saison, celle où il allait pouvoir avoir un vrai rôle de titulaire à l’arrière, et confirmer ses 20 titularisations en 24 matches de l’exercice précédent. Après une petite blessure (un trait fracture), il retrouva les Espoirs pour se remettre en forme, et retrouver ensuite le groupe professionnel en match officiel, débutant chaque rencontre en Numéro 15 ensuite. Le 29 novembre, pour cette rencontre face à Oyonnax, il brillera tout d’abord par sa puissance, ses appuis et sa vitesse en inscrivant un bel essai. Mais quelques minutes plus tard, sur un placage, il sera malheureusement victime d’un placage qui lui coûtera sa saison. Fort mentalement, il prit rapidement cette blessure avec beaucoup de recul… Mais pour nous, ses coéquipiers et son Président, ce fait de jeu passait même avant cette malheureuse défaite (28-23)… Car cet enfant de la région est aussi attachant qu’il est précieux sur un terrain.

 

 

iconsport_blu_160814_01_05

 

 

Alors, comment te sens-tu après cette opération ?

Je suis à bientôt un mois de l’opération. Tout s’est bien passé, j’ai entamé la rééducation dès le lundi suivant avec le staff médical. La période de fêtes est bien tombée, j’ai pu rentrer dans ma famille pour couper un peu.

 

Est-ce que le joueur qui t’a blessé a pris de tes nouvelles après la rencontre ?

Non, il ne l’a pas fait, ça aurait été sympa de sa part mais ça n’a pas été le cas…

 

On imagine que ça a dû être compliqué à gérer au niveau mental ?

Tout de suite pour le staff médical, le verdict était clair. Donc je me suis rapidement fais à l’idée d’avoir terminé ma saison. Depuis l’opération, c’est plus facile, tout travail me rapproche d’un retour sur les terrains.

 

Quel est ton programme pour les prochains mois ?

Le programme est simple, c’est de la rééducation tous les jours pour progresser. Le CERS (Centre Européen de Rééducation du Sportif de Capbreton, ndlr) peut être bénéfique ne serait-ce que pour changer d’air durant la longue période de convalescence. Mais il faut encore en discuter, rien n’est encore prévu.

 

Cela fait six ans que tu es au club, tu y as signé ton premier contrat pro en 2013. Comment analyses-tu le chemin parcouru depuis ton arrivée ici ?

Tout s’est fait étape par étape. Je suis arrivé jeune, puis j’ai eu la chance de m’entraîner avec l’équipe première. Un petit peu au début, puis ensuite un peu plus, et voilà. J’ai pu jouer avec la grande équipe et surtout signer mon premier contrat professionnel. Le club m’a fait grandir et j’espère que cette histoire va continuer.

 

 

iconsport_blo_220214_01_04

 

 

C’est véritablement la blessure de Bruce Reihana qui t’a donné du temps de jeu. Ses premiers pas en professionnels, on ne les oublie jamais…

C’est vraiment l’an dernier, oui, que j’ai commencé à jouer même si avec d’autres jeunes on avait eu la chance de faire quelques matchs auparavant. Effectivement, la blessure de Bruce a fait que j’ai eu du temps de jeu. J’avais un peu la pression oui à l’époque, mais c’est un peu c’est normal je pense. J’avais envie d’être au niveau de mes partenaires. Après, c’était simplement du plaisir de jouer tous ces matches avec l’équipe.

 

Tu es encore jeune, mais on sent que tu dégages une certaine sérénité sur le terrain et en dehors…

Je suis plutôt calme naturellement. Sur le terrain, j’essaie d’anticiper un maximum justement, pour avoir un peu de temps.

 

De retour de ta première blessure, tu es repassé par les Espoirs pour être prêt physiquement. Cette année, ils possèdent une très bonne équipe capable de réaliser quelque chose. Y a-t-il des joueurs qui te semblent voués à une belle carrière ?

Oui, les Espoirs ont une belle équipe cette année. Il faut qu’ils maintiennent le cap pour ne pas être déçu en fin de saison. Il y a beaucoup de bons joueurs dans leur effectif mais si je devais en sortir un, ce serait Marco Tauleigne. Pour être allé voir quelques matches et avoir joué avec eux, c’est celui qui m’a le plus impressionné sur la phase aller.

 

 

Baptiste SERIN et Darly DOMVO

 

 

Il y a peu, tu disais ne pas avoir de préférence à l’aile ou à l’arrière, mais on te repose la question aujourd’hui ?

C’est vrai. Je dois avouer que pour avoir passé ma saison dernière à l’arrière, j’ai adoré ce poste. Il y a des responsabilités et j’aime cet aspect du poste. A l’aile, c’est plus dur d’en parler, je n’y joue que rarement donc c’est difficile d’avoir des repères même si on dit souvent que ce sont deux postes à peu près similaires. Le travail pour ces deux postes est relativement le même, avec cela dit plus de jeu au pied pour l’arrière.

 

Tu es de ceux qui suivent régulièrement le foot et les Girondins de Bordeaux, en allant souvent au stade. Cette équipe a-t-elle changé vis-à-vis de la saison dernière ?

Avec quelques joueurs, on aime bien suivre les Girondins. Cette saison, j’ai l’impression que les joueurs ont adhéré au projet du nouveau staff. L’équipe est tournée vers l’attaque et c’est appréciable.

 

Quel serait, parmi les joueurs qui vont au stade, le meilleur d’entre eux dans ce sport qu’est le football ?

En bon fan des Girondins, Julien Le Devedec pourrait prétendre à une place, dans la lignée de Cheick Diabaté ; un attaquant très longiligne (rires). Non, pour rester sérieux, Baptiste Serin ferait un très bon footballeur.

 

On dit souvent que ces deux sports s’opposent, mais l’on voit qu’au contraire la relation entre les joueurs et les clubs sont présentes.

Oui, je pense que c’est bien pour une ville comme Bordeaux d’avoir deux clubs dans des sports médiatisés comme le foot et le rugby.

 

En tant que supporter donc, quel bilan pourrais-tu dresser des six premiers mois du FCGB, et de Willy Sagnol ?

Je n’ai pas la prétention d’être un spécialiste au niveau du football, mais mon œil de supporter apprécie surtout l’envie de marquer des buts, le jeu offensif. L’équipe joue bien et est récompensée sur le plan comptable, même si on a connu un dernier match délicat contre Lyon…

 

Revenons au rugby. Avec les arrivées de Buttin et Ashley-Cooper, tu vas avoir un peu plus de concurrence à tes postes. Que représente ces arrivées pour toi ?

C’est une très bonne nouvelle pour le club. Ce sont deux très bons joueurs, ils vont accentuer la concurrence et nous tirer vers le haut. Si on souhaite jouer deux compétitions à fond, ces deux recrutements ne sont pas de trop.

 

Que peut-on te souhaiter pour les prochains mois, et la nouvelle année à venir ?

Eh bien écoute, simplement que ma rééducation se passe bien, sans griller les étapes. Ensuite, j’espère reprendre avec l’équipe l’été prochain pour retrouver le plaisir de jouer au rugby. Merci à vous.

 

Merci à Darly pour le temps accordé. Bonne rééducation, et à bientôt sur les terrains !

 

Darly Domvo rire