Poirot : “Je ne peux pas me permettre de ne pas jouer la Coupe d’Europe”

Jefferson Poirot

 

Alors qu’en fin de saison dernière, Jefferson Poirot était proche de signer une prolongation avec l’UBB, le joueur en fin de contrat semble aujourd’hui en pleine réflexion en ce qui concerne son avenir. Voici ce qu’il déclare dans l’Equipe : “Aujourd’hui je suis en pleine réflexion. La proposition de l’UBB me convenait. Puis j’ai eu des contacts avec Toulouse et Toulon qui ont remis les choses en cause. Tout s’est un peu emballé. Finalement j’ai fait un blocage et j’ai dit non à tout le monde. C’est mieux comme ça. Je n’avais pas tous les éléments pour prendre ma décision. A Bordeaux, il y avait l’arrivée de Jacques Brunel, j’ai envie de découvrir sa façon de travailler. Je préfère ne pas me précipiter. C’est difficile également de faire son choix alors qu’il y une part d’inconnu. Si je décide de rester et que l’UBB termine 9ème, je risque de regretter mon choix. Si je veux continuer à postuler en équipe de France, je ne peux pas me permettre de ne pas jouer la Coupe d’Europe, alors que mes concurrents (Chiocci et Ben Arous) la jouent avec Toulon ou le Racing“.

 

Mais à priori ce n’est pas une question d’argent, comme le laisse penser Laurent Marti : “C’est une fausse idée. C’est la justification que lui a donnée mon ancien agent (il en a changé à l’intersaison). Quand j’ai rencontré Laurent, seul, pour évoquer ma prolongation, je l’ai remercié pour sa proposition financière. C’est pour ça que ça m’énerve un peu qu’on lie ma décision à l’argent. Cependant je considère que le salaire est représentatif de la façon dont le club va t’utiliser. Je regarde aussi l’infrastructure et la concurrence. Sportivement la concurrence est partout, mais vous l’acceptez différemment dans un club qui est Top 3 ou un club qui est 7ème“.