Pierre Gayraud : « J’ai d’abord cru que c’était une mauvaise blague »