B. Venter : “Je suis fier de faire partie de cette équipe”

En janvier, l’Union Bordeaux-Bègles a fait signer Ben Venter en provenance de Chambéry (Fédérale 1), en tant que joker médical d’Adam Jaulhac. Habitué aux bonnes pioches de la part de notre équipe de recruteurs, on ne doutait pas que ce joueur, méconnu en France, allait répondre présent si l’on faisait appel à lui. En observateur lors de ses premiers entrainements, bien aidé par les joueurs de même nationalité que lui et les anglophones, il s’intégra rapidement, montrant très régulièrement de larges sourires. Mais là où l’on vit ses qualités rugbystiques pour les premières fois, ce fut lors des matches avec les Espoirs bordelais, disputés pour garder la forme et s’intégrer au mieux aux systèmes de l’équipe. Ainsi, et notamment lors de sa dernière rencontre face à Montpellier, il démontra d’énormes qualités physiques et de percussion. De quoi avoir sa chance prochainement ? En tout cas, une partie du staff de l’équipe première ainsi que le Président étaient présents et ne sont certainement pas passés à côté de cette performance. Lui-même ne se considère pas comme un joker mais un membre à part entière de l’équipe, découvrant et appréciant les exigences du haut niveau du rugby français. En plus de ses qualités, il semble se plaire vraiment à Bordeaux. De quoi prolonger l’aventure en fin de saison ? C’est tout le mal qu’on lui souhaite. Interview.

 

 

Avant de venir à Chambéry, tu jouais la Currie Cup en Afrique du Sud. As-tu déjà eu des contacts avec des franchises de Super 15 ? Pourquoi ce choix de signer avec un club de Fédérale 1 en France ?

Oui, j’ai eu des contacts avec des clubs de Super Rugby. En 2012, j’ai été invité pour jouer un match pour les Southern Kings face aux Cheetahs, mais j’ai dû annuler, la faute à une blessure. L’année suivante, j’ai également été invité à rejoindre les Stormers mais là aussi, je me suis blessé la veille. J’ai alors rejoint Chambéry, sur les conseils de mon agent. C’était une manière de mettre un pied en France, comme c’était mon souhait. Il m’a dit que des gens me verraient forcément jouer et que je bougerai rapidement si je jouais bien.

 

Ça a été le cas puisque tu es aujourd’hui à l’UBB. Comment se sont déroulés les contacts avec Laurent Marti ?

Un jour, j’ai reçu un appel et la question était ‘Est-ce que tu aimerais jouer en Top14, à l’UBB ?’. Vous imaginez ma réaction et bien sur ma réponse… Apparemment, Laurent Marti et l’équipe de recrutement avaient entendu parler de moi, par le bouche à oreille.

 

Est-ce que ton club n’a pas posé de problème pour te libérer, et est-ce qu’il y a un accord avec Chambéry au cas où tu ne serais pas conservé à l’UBB ?

J’ai d’abord pensé qu’ils ne voudraient pas me libérer. Et après quelques jours d’attente, une attente très stressante, j’ai obtenu mon bon de sortie. Apparemment, il y avait certaines personnes qui n’étaient pas très heureuses de me voir partir, mais ils ont vraiment un bon staff, des entraineurs très professionnels et à la fin, ils m’ont donné cette opportunité de partir. Sinon, non, il n’y a pas d’accord avec Chambéry pour que j’y retourne.

 

 

Ben Venter

 

 

On te voit souvent sur les réseaux sociaux réagir et t’émerveiller sur l’UBB. Tu sembles vraiment heureux d’être ici…

Oui, je suis fier de faire partie de cette équipe de l’UBB. Mon objectif et mon ambition, dès le départ, étaient de jouer au haut niveau au rugby et bien sur en Top 14 dès que possible. Ma femme et moi avons découvert Bordeaux et nous l’aimons beaucoup, aussi bien la ville en elle-même que ses alentours. C’est vraiment beau, et on s’y sent comme chez nous. Nous sommes bénis d’avoir eu cette possibilité et nous en remercions Dieu tous les jours. C’est agréable de faire partie d’une équipe professionnelle une nouvelle fois, cela me manquait.

 

Tu dois vraiment avoir hâte de jouer…

Bien sûr, je suis pressé de jouer et de prouver à moi-même et à l’équipe que j’ai ma place. Après, je suis venu en tant que joker médical, mais je ne vois pas les choses comme ça. Je me vois comme un membre un part entière de l’équipe et je dois être prêt, et c’est pourquoi je me prépare, pour quand on aura besoin de moi, et quand on voudra me donner ma chance !

 

Dès ton arrivée à l’UBB, tu as rejoint le groupe en stage à la montagne. Commet cela s’est passé ?

Je voulais rejoindre l’équipe dès que possible après ma signature. Ce fut une grande semaine, avec un bel esprit d’équipe, et cela a bien sur rendu mon intégration plus facile. Je dois dire que tout le monde a été génial avec moi, ils m’ont dès le départ fait me sentir comme chez moi.

 

La présence de deux secondes lignes sud-africains (Botha et Marais) a surement facilité ton adaptation…

Oui, ce sont deux mecs supers, et ils sont toujours là pour m’aider. J’ai d’ailleurs joué contre Jandre quand il évoluait encore avec les Sharks.

 

On t’a vu à l’œuvre avec les Espoirs, notamment le week-end dernier contre Montpellier. Quel est ton ressenti sur tes premiers matches ?

Le ressenti est bon. J’ai besoin de temps de jeu et ces matches sont la meilleure manière d’apprendre les plans de jeux, de rester en forme, afin d’entrer au mieux dans le système de l’UBB. Et en plus, c’est un grand et talentueux groupe de jeunes, donc ce n’est que du bonheur.

 

 

Ben Venter

 

 

Afin de découvrir un peu plus Ben, nous lui avons soumis ce portrait chinois.

 

 

Si tu étais un animal, tu serais… un lion

Si tu étais un objet, tu serais… un cercle

Si tu étais une série télé, tu serais… Friday Night Lights

Si tu étais un plat, tu serais… un South African Braai (au barbecue)

Si tu étais un pays, tu serais… l’Afrique du Sud

Si tu étais une couleur, tu serais… le rouge

Si tu étais un chanteur, tu serais… Elvis Presley

Si tu étais un héros, tu serais… Hulk

Si tu étais un vêtement, tu serais… un jean

Si tu étais une friandise, tu serais… du chocolat

Si tu étais un dessin animé, tu serais… Lucky Luke

Si tu étais un sport, tu serais… le rugby

Si tu étais un fruit, tu serais… la fraise

Si tu étais un légume, tu serais… une pomme de terre

Si tu étais un film, tu serais… Les Remplaçants

Si tu étais une étoile, tu serais… Sirus

Si tu étais une star, tu serais… Sylvester Stalone

Si tu étais une arme, tu serais… une mine

Si tu étais une devise, tu serais… “Un lâcheur ne gagne jamais, et un gagneur ne lâche jamais. N’abandonnez jamais !”

Si tu étais un élément, tu serais… le feu

Si tu étais un bruit, tu serais… le tonnerre

Si tu étais un autre joueur de rugby, tu serais… un mélange de Schalk Burger, Sébastien Chabal et Bakkies Botha

Si tu étais une mauvaise règle de rugby, tu serais… un placage haut

Si tu étais un autre joueur de l’UBB, tu serais… Moi, parce que je suis unique !

 

 

Un grand merci à Ben pour le temps accordé à notre équipe. Nous le souhaitons sincèrement d’avoir sa chance avec l’équipe première afin de démontrer toutes ses qualités entrevues lors des matches avec les Espoirs. Une chose est sûre, nous sommes conscients qu’il n’abandonnera pas ! 😉